Non classé

La famille, premier lieu de Fraternité

La fraternité est une dimension essentielle de l’humanité, l’Homme étant un être de relation. La famille est le lieu de la solidarité, d’un premier sentiment d’appartenance à un groupe. La fraternité est cette capacité à être en lien avec l’autre, à en prendre soin, à le consoler, à nous réjouir avec lui. C’est aussi tous ces moments de nécessaire coopération pour pouvoir avancer ensemble. C’est enfin toutes ces occasions extérieures qui nous sont offertes pour expérimenter la solidarité, la fraternité en dehors du petit cercle familial. Entre enfants, les personnalités, les caractères, les centres d’intérêts sont différents et les relations ne sont pas toujours au beau fixe. C’est cependant avec cette diversité de points de vue, de manière d’être au monde que l’on apprend la fraternité.

Développer le sentiment d’appartenance familial

L’un des besoins les plus puissants de l’être humain est de se sentir appartenir à un groupe. Pourquoi ? Parce que dans l’évolution humaine, ne pas appartenir à un groupe, c’était la mort assurée dès le premier troupeau de mammouths rencontré ! Si aujourd’hui nous ne craignons plus les troupeaux de prédateurs, l’appartenance au groupe demeure primordiale pour se sentir protégé. La famille est le lieu par excellence où nous avons besoin de nous sentir protégés des éventuelles menaces extérieures. Par l’attention, les soins, le rôle qu’ont chacun de ses membres, chacun peut éprouver ce sentiment d’appartenance. Voici quelques idées pour renforcer ce sentiment d’appartenance :

Avoir des projets communs

Où allons-nous partir en vacances ? Qui allons-nous inviter à déjeuner ? Qu’est-ce que vous aimeriez faire comme promenade ce dimanche ? Et si on inventait un plat familial original ? Que va-t-on organiser pour l’anniversaire de Maman ? Du petit frère ? Autant de petits projets auxquels chacun peut participer dès lors qu’il peut parler.

Récompenser l’harmonie familiale

La vie familiale n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Prenons le temps de célébrer ce qui va bien. Enfin ensemble après une semaine un peu difficile ? Retrouvons-nous autour d’un bon apéro ! Chacun a mis du sien pour que la maison soit rangée et que nous puissions profiter d’un peu d’ordre : séance de remerciements collectifs ! Chacun a fait sa valise en temps et en heure pour que nous puissions partir à l’heure : chantons ensemble cette victoire !

S’offrir des temps de qualité ensemble

Nous avons l’impression de ne pas toujours pouvoir profiter de nos moments en famille. Prenons notre agenda et scrutons les petits et grands moments que nous pourrions passer ensemble.

  • une conduite à faire pour un enfant ? Et si c’était le moment d’un cœur à cœur avec lui ?
  • Tout le monde est là le dimanche soir ? Et si on en profitait pour faire un dîner ciné ?
  • Une petite demi-heure le vendredi soir ? Et si on sortait un jeu de société ?
  • Décidément, impossible de trouver plus de 5 ou 10 minutes d’affilées pour passer un bon moment ? Alors attrapons ces 5 minutes, mettons la musique à fond et dansons ensemble !
  • Coincés dans la voiture sur le trajet des vacances ? Faisons-en un bon moment, chantons et jouons ensemble !
  • Petite pause du samedi, et si on regardait un album photo ? Rien de tel pour se remémorer les bons moments et entretenir ce sentiment d’appartenance !

Quand je vois cette photo de bouton d’or, ça me rappelle combien j’ai aimé ce moment passé ensemble

Emmie, 10 ans

Ce sont aussi tous les rituels, les traditions de notre famille qui contribuent largement à diffuser au quotidien ce sentiment d’appartenance. Vous pouvez retrouver tous nos articles à ce sujet :

Apprendre à prendre soin de l’autre, à faire attention à l’autre

A notre exemple

Plus que nos grands discours, les enfants regardent comment nous nous y prenons dans nos soins à l’autre, qu’est-ce que nous faisons quand ils rencontrent un problème, comment nous réagissons quand un membre de notre entourage demande de l’aide : comment s’exprime concrètement notre fraternité.

Toutes ces actions posées élaborent peu à peu la réflexion de nos enfants sur ce sujet. A notre suite, à leur mesure, ils vont à leur tour agir et prendre soin de l’autre. Maladroitement au début (quel bébé n’a pas été littéralement étouffé par son grand frère, un peut trop empressé de lui faire un gros câlin pour le consoler ?) puis de manière de plus en plus fine et adaptée. A nous de prodiguer ces petites attentions au quotidien : petits câlins en passant, petit bisou sur le front, petit mot d’amour sur le frigo, petite attention rapportée après une absence, bisou magique qui guérit tout, plateau repas préparé pour celui qui est malade, écoute attentive et disponible quand ils racontent leurs petits ou gros soucis, temps passé aux urgences pour prendre soin d’une blessure …

Prendre le temps de remercier

La manière dont nous témoignons notre gratitude à chacun pour ce qu’il apporte à la famille, est aussi une manière concrète de renforcer la fraternité : petit tour de remerciements pour commencer un repas, gratitude chaque soir pour les bons moments de la journée…A notre exemple, les enfants vont peu à peu remercier à leur tour et prêter attention à ce que chacun fait pour le plus grand bénéfice de la vie familiale.

Pour en savoir plus sur cette éducation silencieuse, retrouver nos articles : « Quand tu ne me regardais pas… » et sur l’attention à l’autre dès le matin.

Être reconnu en temps qu’individu pour pouvoir mieux se relier aux autres

Vouloir à tout prix la contribution de chacun à tout moment est un vœu pieux et n’est même pas souhaitable. C’est parce que chacun a droit à sa singularité, à ses ressentis, à sa manière de voir les choses, à un espace à lui, où il peut être sans les autres qu’il peut d’autant plus choisir d’aller vers les autres le reste du temps. S’assurer que chacun a son espace, aussi petit soit-il, garantit à chacun la possibilité de faire ce choix et d’être présent. C’est une manière de prendre soin de chacun. Chacun a ses propres sentiments, émotions. En reconnaissant cela, en le respectant, on permet à chacun de prendre sa place tel qu’il est.

Si chacun peut disposer de temps de qualité individuels avec l’un ou l’autre des parents, voire même de ses frères ou soeurs, il sera plus enclin à partager des temps avec les autres. Parce que son réservoir affectif est plein, il peut alors s’engager plus sereinement dans cette fraternité.

Développer l’empathie

C’est tout un apprentissage pour nos enfants que de se mettre à la place de l’autre, réaliser que notre parole, nos actes peuvent avoir des impacts positifs ou négatifs. Nous vous invitons à regarder avec vos enfants cette courte vidéo. Elle aide à bien visualiser comment bien se positionner dans la relation à l’autre :

Apprendre à coopérer, à résoudre des problèmes ensemble

La vie familiale regorge d’occasions où la coopération peut être mise en œuvre :

  • Petits conflits du quotidien
  • préparation d’un repas
  • répartition des tâches ménagères
  • grand ménage tous ensemble
  • préparation de vacances
  • organisation d’une fête
  • Soirée festive en famille

Autant de moments où chacun peut apprendre en famille à prendre sa place et à coopérer avec l’autre, à s’enrichir de la singularité et des capacités de chacun. Ce sont aussi autant d’occasions de se mettre au service des autres.

Apprendre à s’entraider, à faire preuve de solidarité

Apprendre à s’entraider c’est peu à peu se sentir exercer sa responsabilité à sa mesure. A travers ce coup de main donné, cette aide au devoir, cette participation aux tâches familiales, chacun prend confiance en lui et prend conscience de combien l’union peut faire la force. Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !

Au sein de la famille, on peut aussi faire l’expérience de l’aide transgénérationnelle, de la différence, du handicap qui sont des occasions d’apprendre à mieux prendre soin de l’autre. A travers ces expériences, les enfants sont amenés à développer la tendresse que nous pouvons avoir les uns pour les autres, à mieux écouter l’autre y compris dans sa faiblesse, à prendre soin de chaque âge de la vie. En se laissant toucher par la faiblesse, la vulnérabilité, la dépendance, la société s’humanise.

En grandissant et souvent en suivant l’exemple de ses parents, l’enfant s’ouvre à un cercle plus large, la famille élargie d’abord, l’entourage proche puis tous les lieux où sa famille fera preuve de générosité, d’entraide. Dans certaines familles, chacun des membres va visiter les résidents de la maison de retraite voisine une fois par semaine. Dans d’autres ce sera la participation à une course sportive pour récolter des fonds en faveur d’une cause. Pour d’autres encore, ce sera la solidarité du quotidien : le paquet de farine pour la voisine, la garde du petit dernier du voisin, le coup de fil pour prendre des nouvelles d’un ami qui ne va pas très bien…Tous ces petits gestes de solidarité que l’on peur poser chaque jour et qui font expérimenter la fraternité au quotidien. Petit à petit, l’adolescent choisira à son tour des causes pour lesquels il aura envie de s’engager, de faire preuve de fraternité dans les actes. L’Abbé Pierre, Mère Teresa, Geneviève de Gaulle Antonioz, les restos du cœur et toutes les associations qui développent ces liens de fraternité, de soin de l’autre sont autant de lieux, d’initiatives qui permettent de de mettre en œuvre la fraternité concrètement. A nous de montrer cette voie à nos enfants.

Pour aller plus loin, vous pouvez écouter cette émission de France Bleu sur « Le bénévolat, agir pour les autres et pour soi-même. »

N’ayons pas peur également de parler de la fraternité à nos enfants, de leur faire expérimenter dès leur plus jeune âge. On parle beaucoup de liberté, d’égalité mais beaucoup moins de fraternité. Ainsi, ils prendront l’habitude d’agir pour les autres et prendront conscience que l’autre est bien leur frère en humanité. En famille, on apprend à tenir compte des autres, à ne pas vivre que pour soi. Peu à peu, la fraternité et la solidarité ainsi acquises s’étendent au quartier, à la ville, au pays, au monde.

Pour approfondir ce sujet, vous pouvez retrouver nos articles :

Et vous, comment faites-vous pour cultiver la fraternité dans votre famille ?

Quelques livres pour parler de la fraternité avec nos enfants

Des films à regarder en famille :

  • Mon voisin Totoro
  • Azur et Asmar
  • La vie est belle (de Kapra)
  • Le tombeau des Lucioles
  • Le jardin secret
  • Tous en scène
  • Ernest et Célestine
  • Little Miss Sunshine
  • La mélodie du bonheur
  • 13 à la douzaine
  • Rain man