Non classé

Communiquer avec son ado : réduire la friture sur la ligne

Deuxième volet de nos articles consacrés à la communication familiale. Nous abordons ici l’adolescence, ses portes qui claquent, ses incompréhensions, ses points de repères qui changent…

Pour les parents, cela peut devenir difficile de communiquer avec son enfant : par quel bout le prendre ? Quoi lui dire ? Quelles pincettes utiliser pour aborder les sujets qui fâchent. Quant à l’ado, difficile de savoir quoi raconter à ses parents, en plus ils ne comprennent plus rien à sa vie…

L’adolescence et après…

A l’adolescence, une nouvelle pudeur s’installe. La vie à l’extérieur de la maison prend de plus en plus de place. Les échanges parent/enfant peuvent devenir plus restreints. Les nouvelles capacités en cours de construction peuvent donner lieu à des conflits et mettre à mal une communication qui jusque là fonctionnait plutôt bien. Il y a cependant quelques astuces pour garder le lien…

  • Mon enfant n’est pas moi : je respecte son jardin secret (même si c’est un parc de 50 hectares…), j’accepte de ne pas avoir le même point de vue que lui et de ne pas toujours le comprendre
  • Je parle au « je », je décris sans interpréter, sans accuser :  » c’est désagréable pour moi de rentrer dans une maison avec des chaussettes qui traînent dans l’entrée »…j’utilise l’humour, la gratitude, les petits mots sur des post-its, des ardoises, qui sont moins intrusifs…
  • Je me rends disponible à l’échange. Vraiment. Si je ne peux pas me rendre disponible ou que je ne suis pas en état de l’être, je diffère l’échange « J’en discuterai avec plaisir avec toi demain matin, une fois que j’aurais eu un peu de repos »
  • J’essaie d’être le/la plus authentique possible, de parler avec le cœur
  • Je saisis les occasions où nous pouvons être côte à côte : conduites aux activités, préparation des repas dans la cuisine, promenade, vaisselle, sport pratiqué ensemble, en regardant un film dans le canapé, en jouant à un jeu vidéo ensemble, en s’intéressant à son projet du moment, en se donnant des rendez-vous sans pression ni obligation de parler…

Un outil pour aider à enlever la « friture sur la ligne »

Nous vous proposons un outil à télécharger et remplir avec votre adolescent pour prendre conscience de ce qui empêche une bonne communication avec lui et prendre conscience aussi des petites choses qui pourraient l’améliorer. C’est une activité inspirée de la communication non violente (CNV). Elle permet de réfléchir en dehors des crises, « à froid », et de construire progressivement la paix. L’idée est d’apprendre à communiquer avec calme, dans le respect de chacun et mieux se comprendre. Vous pouvez la faire lors d’un conseil de famille ou tout aussi bien proposer à chacun de remplir les feuilles de son côté et les glisser dans une « boîte aux lettres familiale » pour les plus pudiques. Chacun peut ainsi prendre connaissance de ce qui blesse l’autre et réfléchir à ce qu’il peut améliorer dans ses paroles et ses actes.

Les langages d’amour des adolescents de Gary Chapman

Il est tout à fait normal que notre enfant s’oppose à nous, construise son identité, fasse des choix qui ne nous plaisent pas toujours à l’adolescence. Cela nous bouscule, vient nous chercher dans nos retranchements. Cependant, nous vous souhaitons de parvenir à garder le lien, à réduire la friture sur la ligne (si, si, c’est possible !) afin que les relations avec votre lui soient les plus fluides et les plus sereines possibles.

Dans le prochain article, nous aborderons les principaux écueils et difficultés que l’on peut rencontrer dans la communication avec nos enfants et nous vous proposerons des pistes pour aller au-delà de ces difficultés.