Actualité, Ressources

Famille, Héros malgré vous : frustration, lâcher-prise et humilité…

Ce confinement et sans doute aussi les jours de déconfinement progressif nous usent par les incertitudes qu’ils génèrent. Pour chacun des membres de la famille, c’est l’occasion d’apprendre que nous ne maîtrisons pas tout, que nous devons tous faire avec cette frustration intense de voir notre liberté rognée et ce par des lois, des décrets qui prennent un visage on ne peut plus concrets. Nos enfants qui ont souvent l’impression d’être les seuls à devoir respecter des règles qu’ils trouvent absurdes, injustes et en tout cas frustrantes, se voient rejoints dans leurs émotions. Se sentir rejoint dans sa « souffrance », ce n’est pas rien ! Le fait de partager ensemble cette frustration la rend plus acceptable, plus vivable. Respecter ensemble de nouvelles lois civiles, respecter aussi les nouvelles règles de la famille suscitées par cette situation inédite est très formateur pour chacun d’entre nous. Par exemple, une famille nous a envoyé en témoignage l’une de ses nouvelles règles pour faire face à la frustration de chacun, la voici :

« Dis clairement et calmement ton problème avant de pleurer ou râler » (valable pour tous les membres de la famille !).

Nous avons tous à faire preuve de courage, de persévérance et cela n’est pas facile tous les jours mais nous voyons bien que nous avons progressé depuis le début de la crise !

D’habitude nous essayons de tout contrôler. Mais aujourd’hui le temps n’est plus le même, nous ne le maîtrisons plus ou en tout cas pas totalement. L’organisation d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier ni celle de demain ! Seules nos routines, notre organisation intra-familiale dépendent de nous. Nous qui nous accrochions à de multiples injonctions, nous voilà obligés, avec nos enfants, à les repenser : d’habitude on prend le bain chaque soir mais là, il n’y a pas école, nous ne sommes pas sortis, est-ce qu’un jour sur deux ne suffirait pas ? En temps ordinaire les devoirs sont à peu près organisés mais avec le télétravail, la connexion internet variable, l’imprimante hors service, la disponibilité des parents plus ou moins prévisible, ce temps-là a dû être repensé. Nos enfants ont donc appris qu’on ne pouvait pas tout contrôler. Nous avons tous appris à prendre du recul sur nos priorités, sur ce qui est important pour nous finalement. Nous avons tous fait passer la santé de chacun au premier plan. Combien de parents ont redécouvert leurs enfants, l’importance de la vie familiale à la faveur de confinement ? Nous sommes en train d’apprendre à vivre avec l’incertitude et donc de lâcher-prise, de vivre du mieux qu’on peut l’instant présent.

Enfin, cette période nous apprend à tous l’humilité.

Humilité devant ce virus microscopique qui a mis à genoux la terre entière. Il n’y a de puissance terrestre qui puisse actuellement lutter contre même si les forces de tous s’unissent pour y parvenir. Dans un monde qui se croyait tout-puissant, quitte même à mettre la planète en danger, c’est une belle leçon ! Nous avons tous des talents, des forces, nous essayons tous de rendre le monde meilleur mais nous ne sommes pas tout-puissants. Là encore, nous pouvons rejoindre les plus petits dans ce qu’ils ressentent à l’âge de l’illusion de la toute-puissance mais aussi celle qui se rejoue au moment de l’adolescence. Cette humilité nous apprend aussi la prudence, la bienveillance par rapport à ce que nous aimerions faire de nos journées, nos bonnes résolutions. Combien de familles ont prévu de faire d’ambitieux projets, de devenir « la famille idéale » durant ce confinement et ont finalement constaté que faire « juste » fonctionner la famille était déjà un immense défi ? Cette qualité d’humilité s’acquiert avec le temps, l’expérience, les échecs, une certaine forme de lucidité qui n’empêche pas d’aller de l’avant, même si cela pique un peu notre amour propre et voilà que l’on nous propose malgré nous un vaste champ d’expérimentation ! Cette période nous apprend à nous contenter de ce que nous sommes, humblement, accueillir l’autre avec ses forces mais aussi ses faiblesses, apprendre à prendre les choses comme elles viennent. Ce moment nous a également obligé à être plus à l’écoute de nos limites, de nos faiblesses tout en essayant de progresser. La mise en place de nouvelles organisations familiales ne s’est pas faite sans tâtonnements, sans douleur, sans critiques mais au final chaque famille a trouvé l’organisation dont elle avait besoin, tout imparfaite fut-elle. Nous avons besoin des autres pour nous accomplir, pour passer cette pandémie qui nous dépasse tous. Cette humilité nous aide à garder contact avec le réel, à être reliés à la famille que nous sommes vraiment et pas celle que nous aimerions être. Nous avons été amenés à nous confronter à nos erreurs, à accueillir des critiques d’où qu’elles viennent, à apprendre de nos erreurs en nous efforçant de nous améliorer, à faire plus confiance à notre entourage pour rendre cette période à peu près vivable.

L’humilité rend invulnérable

Marie von Ebner-Eschenbach

Comme vous vous pouvez le constater, cette période est riche en difficultés mais aussi en enseignements. Et vous, qu’apprenez-vous durant cette période ?

Partagez-nous vos expériences en nous écrivant à webmaster@reseaudesparents.org ou en nous confiant votre témoignage ICI.

Par Gabrielle Sebire, professeure des écoles, auteur et fondatrice de Happy HP Family