Actualité

Apprendre à consommer de manière responsable

 

Tout est fait dans notre société pour que nous surconsommions. De la promo de 15 barils de lessives pour le prix de 13 en passant par la publicité omniprésente, les industriels rivalisent d’ingéniosité pour nous faire croire que « le bonheur c’est d’avoir » comme dirait l’autre.

Et quand vient l’adolescence, on se rend compte que les marques ont trouvé des proies de choix en la personne de nos enfants. Besoin d’appartenance, d’identification au groupe, manque de confiance en soi, problèmes d’estime de soi, les ingrédients sont en effet réunis pour pouvoir créer n’importe quel besoin dans la tête de nos plus si petits enfants. Tous les ingrédients sont également présents pour nous culpabiliser, nous faire croire que nous ne serons pas de bons parents si nous ne procurons pas un certain nombre de choses à nos enfants.Alors comment faire pour limiter la casse ? Comment sensibiliser nos enfants aux projets qu’ont pour eux toutes les multinationales de l’industrie du jouet, de l’alimentation, de l’habillement ?

Retrouvez ici une vidéo pour comprendre à quoi sert l’éducation à la consommation diffusée par l’Institut National de la Consommation (INC).
Notre objectif :
Aider nos enfants :

Se forger un esprit critique

Agir en consommateur responsable

Savoir décrypter pour comprendre

Quelques astuces :

– avant d’entrer dans un magasin avec ses enfants, rappeler ce pourquoi nous sommes venus. Nous n’achèterons que ce qui est prévu.

– avant d’entrer dans un magasin avec ses enfants, voir si c’est nécessaire de les emmener ! Comme prescripteurs, y a pas mieux.

– Une fois dans le magasin, leur montrer tout ce qui est fait dans le magasin pour que nous consommions plus que prévu. Leur montrer que tout est pensé dans les moindres détails pour cela, qu’il y a un vrai savoir faire mis en oeuvre pour nous faire acheter plus. Il y a des gens dont c’est le métier.

– Quand ils émettent un souhait, pratiquer l’écoute active pour entendre leur souhait et partir dans l’imaginaire pour l’exaucer : ce serait tellement bien d’avoir ce super canapé, on pourrait se vautrer dedans, faire des batailles de coussins, ce serait tellement chouette !

– Les aider à faire la différence entre besoin et envie. Demandez-leur de noter leurs souhaits dans un petit carnet prévu pour cet usage. Laissez passer deux ou trois semaines et ils s’apercevront souvent que ces souhaits n’étaient finalement que des envies.

– Leur dire que pour chaque poste de dépense du ménage, il y a un budget à ne pas dépasser et que pour rentrer dans le budget il va falloir réflàchir un peu et acheter raisonnablement.

– les aider à ne pas accepter d’objets en doubles. Que ce soient les cadeaux du Happy meal ou autre chose.

– Discuter ensemble de comment et où sont fabriqués les jouets, les objets qui les entourent, pour quel usage et quelle durée sont-ils prévus ?

– Leur montrer que parfois, il vaut mieux payer un peu plus cher un objet de qualité plutôt qu’acheter plusieurs fois le même objet de mauvaise qualité et donc moins cher. Cher bon marché dit-on parfois.

– Leur montrer où et comment sont fabriqués les vêtements qu’ils mettent. Leur montrer aussi que les marques qu’ils adorent ont un surcoût uniquement à cause de la marque apposée et non de la qualité en plus (sauf exception, et dans ce cas les amener à enquêter sur les marques « fiables » et de qualité).

– Ranger sa télé dans un coin et l’éteindre le plus possible. Moins de publicités à regarder, c’est moins de sollicitations et frustrations.

Et pour les cadeaux, on fait comment ? Leurs placards regorgent de jouets auxquels ils jouent plus ou moins…et voilà Noël ou leur anniversaire qui approche…

– privilégier des cadeaux immatériels : billet pour assister à un spectacle, invitation au restaurant, atelier à partager ensemble, temps privilégié…

– privilégier les cadeaux groupés pour avoir peut-être moins de cadeaux mais des cadeaux de meilleure qualité

– se tourner vers l’occasion, on y trouve régulièrement des jouets neufs ou quasiment.

– faire régulièrement des tris et aider nos enfants à donner ce dont ils ne se servent plus.

Pour le quotidien, la nourriture est aussi une gamme de produits pour lesquels les marques s’en donnent à coeur joie pour séduire nos petits filous. Avec des sites comme supersuperette, on peut fabriquer à la maison et sans additifs industriels un certain nombre de copies de produits dont les enfants rèvent.

On peut aussi fabriquer ses goùters-maison, l’occasion de partager un moment de cuisine avec son enfant. Beaucoup d’aliments pour enfants peuvent être reproduits avec des aliments de base de votre placard. Un gain d’argent (on ne paye pas la marque) et le moyen de ne pas leur donner trop d’aliments industriels à ingérer.

 

Enfin, une petite méthode tirée du livre « J’arrête de surconsommer » de Marie Lefevre et Herveline Verbeken – apprendre aux enfants avant d’acheter quoi que ce soit :

La méthode BISOU

B comme besoin : à quel besoin cet achat répond-il ?
I comme immédiat : dois-je l’acheter maintenant ?
S comme semblable : est-ce que je n’ai pas déjà quelque chose similaire ?
O comme origine : quelle est l’origine de cet objet ?
U comme utile : cet objet sera-t-il vraiment utile ?

Comme vous pouvez le constater, consommer de manière responsable cela s’apprend.

A vous de jouer !