a family outside with their pet dogs
Non classé

Mieux communiquer en famille : et si les animaux nous y aidaient ?

Bientôt Noël et dans certaines familles, ce sera l’occasion d’accueillir un animal de compagnie : chat, chien, lapin, hamster ou poisson rouge… La présence de ces animaux est pleine de bienfaits pour la vie familiale. Le Réseau des Parents a choisi de vous parler plus particulièrement de ce qu’ils apportent dans le domaine du lien et de la communication entre les membres de la famille.

Apprendre à mieux vivre avec ses émotions

little boy screaming and labrador dog laying outside
Photo by Misha Zimin on Pexels.com

L’animal de compagnie est souvent le confident muet de bien des peines, frustrations. Chaque animal à sa manière propre de communiquer, mais tous permettent cette expression à haute voix des émotions. L’avantage de cette relation avec l’animal, c’est qu’il ne juge pas, il est quasiment toujours disponible et de bonne humeur, il n’a pas eu une journée affreuse avant de rentrer à la maison. L’animal ne fait pas de remarques sur la manière dont l’enfant est coiffé, habillé, il n’a que faire de ses résultats à l’école. Il rentre en relation avec l’enfant comme il est. C’est donc un interlocuteur de premier choix, un confident, même s’il ne parle pas. L’enfant, conforté par la présence de l’animal, peut libérer ses émotions, lui dire ses joies, ses peurs, ses colères, ses tristesses, ses dégoûts, ses angoisses, sa frustration, ses amitiés, ses inimitiés… La proximité de l’animal lui laisse imaginer qu’il ressent la même chose. Il se sent rejoint et cela l’apaise. Par le regard de son animal familier, cette attention soutenue, il entre dans une communication bienveillante, apaisante, sécurisante. L’enfant peut exprimer ce qu’il ressent, perçoit et pense sans crainte d’être grondé, rejeté, que l’on se moque de lui. Par son attitude d’écoute, l’animal a le pouvoir d’apaiser, de rassurer l’enfant, de lui donner confiance en lui, de dépasser ses inquiétudes, ses peurs. Pouvoir nommer ses émotions, les accueillir, les laisser s’en aller, c’est aussi être plus réceptif à la relation avec l’autre.

Notre chien Gaston, c’était le seul à pouvoir sécher nos larmes…en nous léchant le visage.

Lise, 16 ans

Apprendre à mieux communiquer en tenant compte de l’autre, de ses besoins

Chaque animal a sa manière de communiquer avec les personnes qui s’occupent de lui. Les animaux sont très intelligents pour apprendre à percevoir nos signaux, nos émotions, notre communication non-verbale. Pour l’enfant, il y a tout un apprentissage à faire auprès de l’animal pour comprendre ce dont il a besoin, quel type d’interactions il préfère. A l’image des « langages de l’amour » qui nous permettent de mieux communiquer en famille, l’enfant apprend qu’il y a un langage et des attitudes spécifiques pour entrer en relation avec cet être vivant. Ainsi, il apprend les limites de l’autre, le respect de ses besoins, son fonctionnement particulier. Parfois l’animal a besoin de repos, de calme et il faut le respecter. Tout cela diffère pour chaque animal et il y a un temps nécessaire pour comprendre ce dont il a besoin pour bien vivre. Cela ne se fait pas du jour au lendemain.

Un animal pour faire progresser la socialisation de l’enfant

Pour l’enfant, cet apprentissage du soin de l’autre, être vivant, de ses limites, des ses capacités accompagne le développement de sa socialisation, lui permet d’exercer auprès de l’animal ses compétences pour mieux entrer en relation avec l’autre. Il découvre à travers l’amitié et la complicité avec son animal, le plaisir de la relation à l’autre. L’animal peut également montrer à l’enfant comment observer, décrypter son environnement, comment l’explorer et comment entrer en relation avec les autres. A sa suite, l’enfant découvre les techniques d’exploration de son animal, comment il localise tel ou tel animal, comment il développe des techniques d’approche, de contournement par exemple. En jouant avec son chien, l’enfant apprend à anticiper les comportements des autres. A sa suite, l’enfant apprend à adapter, réorganiser son attitude, son comportement en permanence, à élaborer de nouvelles stratégies, règles, le tout grâce aux jeux qu’il partage avec son animal. Les animaux sont des ressources hors pair pour stimuler toutes ces capacités chez l’enfant ! Enfin, les animaux enseignent à l’enfant que l’on ne peut pas faire n’importe quoi, n’importe comment avec n’importe qui, qu’il faut s’adapter à l’autre, en tenant compte de ses capacités, de ses particularités.

Notre animal a presque toujours été fédérateur auprès des copains et des copines de nos enfants. Un vrai « turbo » pour créer de nouvelles amitiés

Romain, père de 2 enfants

Faire preuve de responsabilité, s’engager sur la durée, apprendre le principe de réalité

boy and girl sitting on beige sofa holding brown dog
Photo by Tima Miroshnichenko on Pexels.com

L’accueil d’un animal chez soi est le fruit d’un projet mûrement réfléchi car c’est le début d’une belle histoire d’amour. C’est aussi accepter de s’engager pour une longue durée auprès d’un autre être vivant. Entre 2 et 4 ans pour un hamster, entre 5 et 8 ans pour un lapin, entre 10 et 15 ans pour un chien, parfois un petit peu plus pour un chat, quasiment 30 ans pour un poisson rouge…Ce n’est pas un engagement de quelques jours. La famille est responsable de cet animal et doit lui prodiguer de bons soins sur toute cette durée. Une réalité qui permet à chacun de prendre en considération sa part de responsabilité vis à vis de l’animal : qui est chargé de le sortir, de le nourrir, de l’emmener chez le vétérinaire, de lui faire faire de l’exercice, de nettoyer ses dégâts, de le câliner…? Une véritable expérience de l’engagement, de la responsabilité d’un autre être vivant. Cet engagement et cette responsabilité peuvent même être conjugués à l’expérience de la solidarité lorsque l’on recueille un animal de la SPA.

Grâce à notre animal, nous avons fait de belles rencontres, de nouveaux projets : « Maman, et si on élevait nous aussi un chien guide d’aveugle ?

Marine, 14 ans

Renforcer les liens familiaux

L’animal, parce qu’on doit en prendre soin, parce qu’il permet des moments « câlins », amène la famille à avoir des temps de qualité grâce à lui : promenades, séances de sport, moments câlins… Par son écoute sans trahison possible, il permet d’apaiser les tensions, de réconforter, de câliner. Cela permet à chacun des membres de la famille de ne pas se laisser emporter par ses émotions négatives. L’animal devient un véritable soutien émotionnel pour la famille. C’est un membre de la famille en permanence disponible à l’écoute, prêt à interagir, disponible pour des caresses, des activités ludiques sans autre finalité que de passer un bon moment ensemble. Les chiens sont par exemple toujours partants pour jouer avec l’enfant. Les chats, eux, plus intermittents dans leurs interactions, vont pouvoir manifester massivement leur affection par des câlins, des ronronnements et adoucir l’ambiance de la famille. Les animaux sont de véritables « chaudoudous* » pour la famille.

Notre petit compagnon à 4 pattes a su improviser des rôles importants dans les petits spectacles créés par les enfants.

Frédérique, mère de 3 enfants

Avec notre animal, nos enfants ont soudain fait preuve d’une patience insoupçonnée, qualité qu’ils ont ensuite étendue envers leurs frère et soeur, comme par miracle !

Julie et Mathis, parents de 3 enfants

A partir du moment où nous avons eu un chien, nous avons évité de nous disputer dans la pièce où il était car il n’aimait pas du tout. Toute la famille a fait des efforts considérables pour moins se disputer, nous n’avions pas envie de choquer le chien ! Il faisait diversion et adoucissait bien des colères.

Nathalie, mère de 4 enfants

L’animal fait partie de la famille. C’est l’occasion aussi de pouvoir, grâce à sa présence, aborder ensemble les questions délicates de la vie : mort, maladie, reproduction. Des discussions qui participent au renforcement des liens familiaux.

photo of man holding his child while walking on grass field
Photo by Gustavo Fring on Pexels.com

Ainsi, par sa présence, l’animal permet d’aider l’enfant à accueillir ses émotions, à les dépasser, à mieux interagir avec l’autre par sa communication mais aussi ses attitudes. Il permet de prendre conscience de la réalité de la responsabilité d’un être vivant et apporte à la famille une vraie possibilité de cohésion, de soutien émotionnel, de temps de qualité. L’animal favorise la sécurité affective, Et ce ne sont pas les seuls atouts de sa présence dans la famille, il y en a encore bien d’autres !

Et chez vous, quels bienfaits de la présence d’un animal avez-vous pu constater dans votre famille ?

* En référence à l’album Le conte chaud et doux des Chaudoudoux de Claude Steiner