Actualité, Ressources

Frères et soeurs : comment gérer les relations entre nos enfants ?

friendship-2156171_1920En ce début d’année, on aimerait tous que nos enfants s’entendent bien, que la vie de famille soit sereine, qu’il n’y ait jamais de conflits, que chacun se sente aimé, apprécié, sans se comparer à l’autre. Et pourtant…dans la réalité c’est parfois si difficile.

 

Nous vous proposons ici de de developper des habiletés pour que ces rivalités, ces conflits, cette demande d’attention se passent mieux. Elles sont pour la plupart issues du livre d’Adele Faber et Elaine Mazlish. On y trouve quelques astuces qui permettent de calmer le jeu. Dans cet article, nous allons développer la première. Vous retrouverez les autres habiletés dans les articles qui suivront.

Habileté n°1 :  Valoriser leurs traits de caractère et leurs qualités qui les rendent uniques à vos yeux plutôt que ceux qui les rendent égaux à eux.

Nos enfants vont plutôt nous poser des questions du genre « Qui est ton préféré ? Qui est le plus beau, le plus intelligent ? Or, si vous répondez « Vous êtes tous mes préférés », cela ne répond pas à leur question. Ils ont besoin de se sentir uniques, spéciaux à nos yeux !

Vous l’aurez compris, leur donner pareil c’est donner moins. Et cela ne leur permet pas de leur construire une identité qui leur est propre… car c’est toujours au détriment de leurs frères ou sœurs. Lorsque l’on s’évertue à leur donner pareil, on rentre dans le cercle vicieux si bien illustré dans la vidéo ci-dessous :

Préferons leur répondre autrement ! Par exemple, lorsque vous êtes seul avec un de vos enfants, dites-lui combien vous appréciez son sourire, sa frimousse, sa manière de chanter, sa manière de se faire des amis, de dessiner, etc… sans jamais faire mention des autres enfants de la famille. Gardons à l’esprit que la comparaison est un poison ! Je t’aime par ce que tu es généreuse, tu fais toujours attention aux autres. Et d’ailleurs ta gentillesse fait que tous les enfants et les adultes t’apprécient à l’école. En plus de ça, ton petit côté clown me redonne toujours le sourire et ça me permet d’oublier tous les petits tracas sans importance de la vie. Tu me combles de bonheur. »

Vous retrouverez l’habileté n°2 dans le prochain article !