Actualité

Equilibre vie pro/vie perso : rencontre avec Marie Oliveau

Le Réseau des Parents a eu la chance de rencontrer la fondatrice et dirigeante de Talent sur Mesure. Marie Oliveau fait depuis longtemps l’expérience de la flexibilité au travail dans son quotidien. Au sein de sa structure, elle conseille les entreprises, pilote des missions de recrutement et apporte son expertise en équilibre vie pro/vie perso pour accompagner chacun vers un projet plus en phase avec son propre équilibre. Nous avons voulu en savoir plus sur sa manière de concevoir la flexibilité au travail, sur les éléments à prendre en compte pour pouvoir imaginer une autre manière de travailler. À travers le partage de son expérience, elle nous livre de belles pistes de réflexion pour avoir, nous aussi, l’audace de voir l’équilibre vie pro/vie perso autrement.

Marie Oliveau, Talent sur mesure
Marie Oliveau, fondatrice de Talent sur Mesure.

Bonjour Marie, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Marie Oliveau, je suis mariée et j’ai 5 enfants âgés de 12 à 22. J’ai fait une école de commerce et ai évolué dans la communication. J’ai vite commencé à travailler autrement, avant même d’avoir mes enfants. J’ai osé de nombreuses fois répondre à des demandes en faisant des propositions en fonction de l’équilibre que je souhaitais avoir à ce moment-là et la plupart du temps, on y a répondu positivement. Plein de fois j’ai osé, et plein de fois ça a marché et j’ai eu envie de partager cette expérience. J’ai aussi choisi d’être maman à plein temps pendant 6 ans et cela m’a permis de rencontrer pleins de profils différents. C’est là que mon idée a germé : partager le culot que j’ai eu à plusieurs reprises de travailler autrement et montrer aux entreprises comme aux talents que c’est possible d’inventer ça. Talent sur Mesure existe depuis maintenant 10 ans.

Quels constats faites -vous aujourd’hui, est-ce que les problématiques d’articulation vie pro vie perso ont évolué ?

Quand j’ai commencé, tout le monde me regardait d’un drôle d’air, pensant que je proposais de l’intérim. Aujourd’hui, les jeunes nous poussent à oser. Comme les choses évoluent, les gens prennent conscience que le même emploi à vie n’est plus si courant, que l’on peut construire sa vie professionnelle autrement. Cela ne marche que quand on voit l’intérêt des deux parties dans une logique de résultat et de responsabilité de chacun. Chacun met son curseur là où c’est important pour lui. Nous n’avons pas tous les mêmes besoins ni les mêmes aspirations.

Quelles questions à se poser quand l’équilibre de la famille ne semble pas là ? A quels signes peut-on être attentifs ?

Quand on sent qu’il y a des signaux d’alarmes, des tensions, un enfant qui n’a pas le moral, des colères, des insomnies, des maux de dos, le corps qui se met à parler en ayant des « incidents » répétés, c’est qu’il est sans doute temps d’aller regarder de plus près cet équilibre vie pro/vie perso. On peut déjà commencer à réfléchir sur ce que l’on peut déléguer, alléger. Mais ce n’est souvent pas suffisant. Pour aller au-delà, il est important de travailler sur ses besoins profonds, ses moteurs, ses ressources, identifier ce qui nous fait du bien : le quart d’heure de sieste, la petite balade avant de travailler… Dans les moments de crise (comme le confinement par exemple), trouver des solutions comme se lever tôt, partir se promener… Quoi qu’il en soit, il est nécessaire de prendre le temps de se poser, d’analyser ses besoins et de décider ensuite.

faire le point

Quels sont les points de repères pour créer une nouvelle flexibilité ?

Avant toute chose, faire un travail d’introspection : qu’est-ce que je veux moi ? quels sont les besoins du poste ? est-ce qu’on peut se rencontrer ? Certains veulent absolument sortir de chez eux en déléguant certaines choses. Cela fonctionne quand chacun est au clair avec ses choix. Chacun trouve son propre équilibre. Certains se permettent une certaine porosité, d’autres ont besoin que les choses s’arrêtent quand ils rentrent chez eux. Cet équilibre est à revisiter tous les 6 mois pour voir ce qui coince, discuter, et trouver, créer des solutions.

Chez Talent sur Mesure, nous proposons un bilan de compétence très poussé et orienté « travailler autrement ». Nous proposons à chacun de mettre à plat toutes les composantes de sa vie et d’en faire une synthèse pour faire le point :

  • mes moteurs, mes ressources, là où je me sens bien
  • mes besoins financiers
  • mes besoins d’interaction, de reconnaissance (équipe, seul, mix..)
  • qu’est-ce qui me stimule : challenge intellectuel ? projets ? ou au contraire, aucune charge mentale, me sentir utile, ne pas rapporter de charge mentale chez moi ?
  • quels sont mes savoir-faire ?
  • quels sont mes freins ?
  • mes savoir-être ?
  • ….

Puis nous confrontons ce « rêve » à la réalité du marché du travail. C’est important de ne pas se mettre de freins au moment de l’introspection. Ce « rêve » est nécessaire pour s’approcher le plus possible de là où nous serons le mieux, le plus efficace, le plus performant. Ensuite nous explorons ensemble les métiers envisageables et organisons des rencontres avec des professionnels.

jongler avec nos souhaits

3 curseurs sur lesquels jouer pour trouver de la flexibilité :

C’est comme une table de mixage, on peut faire varier les curseurs !

  • temps (temps plein, temps partiel)
  • lieu (télétravail ou pas)
  • statut( salarié ou indépendant)

Des exemples de flexibilité, de créativité :

En plus de ces trois curseurs principaux, chacun, par des petites adaptations sur-mesure peut se créer son propre équilibre. Voici quelques exemples d’aménagements de personnes en télétravail :

  • Alexandra aime s’organiser en autonomie et apprécie l’efficacité d’une journée où elle optimise son temps en fonction des demandes de ses clients… et de sa famille.
  • Chez lui, Brice change de chaussures quand il passe du travail à sa vie personnelle, cela l’aide à faire la coupure.
  • Sylvaine se débrouille pour changer de pièce, changer de décor régulièrement, tellement la variété est importante pour elle.
  • Laura fait de temps en temps une pause téléphonique avec une coéquipière, « en mode machine à café », pour compenser le manque d’échanges informels.
  • François a pris l’habitude de marcher tous les jours, souvent en passant un coup de fil de boulot, pour remplacer la marche vivifiante dans ses trajets quotidiens vers le bureau.
  • Agathe met ses rendez-vous visio le plus tôt possible en début de matinée et d’après-midi, cela l’aide à bien lancer ses demi-journées, le reste suit…

Que peut-on imaginer comme flexibilité quand on est peu ou pas diplômé ou alors que l’on a acquis trop peu d’expérience professionnelle pour pouvoir la valoriser ? Par exemple, les mères de famille qui ont fait le choix de s’arrêter plusieurs années pour avoir leurs enfants…

Les mères de famille et particulièrement les mères de familles nombreuses sont des expertes de la gestion du temps, des emplois du temps, des agendas, de la gestion des achats, de la « coordination des prestataires », du soutien psychologique, du bon sens, du pragmatisme. Elles ont parfois des expériences associatives qui peuvent être très intéressantes. Elles peuvent être très appréciées par les recruteurs dans des postes comme office manager par exemple !

Quelles sont vos astuces personnelles pour équilibrer votre vie pro et vie perso ?

  • je conduis mon petit dernier au collège, j’en profite pour marcher, papoter avec lui, je m’aère avant de commencer à travailler (je télétravaille), ça dure 20 minutes et me permet de faire le sas.
  • J’ai un code avec les enfants : ma porte est fermée quand je ne veux pas être dérangée. Je l’ouvre dès que je suis dans une activité qui ne souffrira pas du fait d’une interruption.
  • J’ai mon rdv de pilates dans ma semaine, besoin de faire du sport, gravé dans mon emploi du temps
  • J’organise des rencontres professionnelles faites en marchant, « walking meeting », on marche en discutant pendant une heure ou deux
  • quand ça coince vraiment, je m’organise pour faire une micro sieste
  • qui veut voyager loin, ménage sa monture, j’ai conscience de mes limites
  • Je fais des choix dans la gestion de l’agenda : quand on est indépendant, c’est important de prévoir l’imprévu, de présélectionner des plages horaires, pour éviter de se prendre le chou sur « quand je fais quoi ». Pour éviter de me mettre en difficulté, je ne me mets pas d’entretien le vendredi après-midi, pour avoir le temps de communiquer avec mon équipe. En se contraignant, en s’organisant, on se libère l’esprit !
équilibre vie pro vie perso

Une dernière chose à ajouter ?

Le marché de l’emploi est tendu, on manque de talents. Les entreprises et les associations ont tout intérêt à s’emparer du sujet de la flexibilité. Il ne s’agit pas de prendre les décisions à la place des gens mais être ouvert à cette discussion-là. C’est profondément dans l’intérêt des entreprises. Nous travaillons beaucoup avec des patrons de PME, TPE. Nous accompagnons des deux côtés. Quand les recruteurs sont ouverts à écouter ce qui est important pour la personne – sans oublier leurs propres intérêts, il n’y a pas qu’une des deux parties qui doit faire des efforts-, on trouve des solutions durables, efficaces. On peut trouver quelque chose dans le respect, la responsabilité de chacun : je n’attends pas qu’on me donne tout, je peux jouer sur des mini choses pour rééquilibrer et en même temps avoir en tête ce qui va rassurer l’autre en face. Ce n’est pas juste « je demande » mais aussi qu’est-ce que j’offre à mon entreprise ! Qu’est-ce que je fais pour que mon boulot soit vraiment fait et que les gens puissent me faire confiance. « Vous avez besoin de ça ? Est-ce que ça peut être fait pour demain ? » On se met d’accord sur les moyens pour que chacun sache ce que chacun fait. Question de communication. Nous sommes dans une logique de donnant/donnant, gagnant/gagnant : quand on apporte des solutions, généralement on en trouve ensemble.

Concernant le télétravail, c’est important de faire le point avec son équipe sur ses obligations, ses responsabilités, sur ce qu’on attend de moi et moi, de quoi ai-je besoin pour interagir ? Prendre le temps de faire un point aussi sur les conditions de travail : ai-je un endroit calme chez moi, un espace dédié, la possibilité de m’aérer facilement ? De quoi ai-je besoin pour me sentir bien, pour être efficace ? Chaque équipe et chaque personne détient une partie de la réponse !

Pour conclure, chez Talent sur Mesure, nous avons trois métiers :

  • recruter, se faire rencontrer talents et entreprises
  • accompagner les talents pour les autoriser à rêver et concrétiser leurs rêves
    • accompagner les entreprises dans leurs ressources humaines

Vous pouvez vous inscrire gratuitement sur le site Talent sur Mesure, ce qui nous permet de vous recontacter quand il y a une offre qui correspond à votre profil.

Merci Marie Oliveau de nous avoir permis de prendre conscience de tout ce sur quoi nous pouvons agir pour travailler autrement !