Actualité, Ressources

Les bénéfices de l’Instruction En Famille (IEF)

Le 2 octobre dernier, notre président Emmanuel Macron annonçait, sans même attendre le vote du parlement, qu’il mettrait fin à la liberté d’instruction en famille (encore souvent appelée école à la maison). 

Lors d’une mission flash au début du quinquennat, le gouvernement a lui-même convenu que les cas de radicalisations en IEF constituaient de très rares exceptions. Il est donc peu probable que la mesure provoque une baisse significative de l’islamisme en France. 

En revanche, elle pourrait générer bien d’autres souffrances pour ces familles qui ont fait le choix de l’IEF, et pour celles qui un jour auraient pu en avoir besoin. 

Car la réalité des enfants en IEF est bien loin des préjugés souvent véhiculés. 

S’il est vrai qu’il y a autant de façons de vivre l’IEF que de familles qui la pratiquent, de nombreuses études y compris celles menées par le gouvernement Macron lors de sa mission flash sur l’IEF, indiquent que ce mode d’instruction se révèle dans la grande majorité des cas très bénéfique pour les enfants. 

Les enfants en IEF ne sont pas enfermés entre quatre murs à essayer de jouer à l’école avec leurs parents. 

Les parents instructeurs ne sont pas livrés à eux-mêmes sans aucune attente du système qui leur donnerait tout le loisir de saboter l’instruction voire l’éducation de leurs enfants. 

Les parents instructeurs sont des parents investis, engagés pour le bien-être de leurs enfants. Ils donnent du temps, de l’énergie, renoncent souvent à une carrière ou à un salaire pour rester auprès de leurs enfants.

Ils se déclarent en début d’année à l’éducation nationale et à la mairie, leurs enfants ne sont donc pas « sortis des radars ». 

Ils sont contrôlés tous les deux ans par la mairie qui peut faire un signalement si des dérives sont repérées. 

Et l’éducation nationale contrôle chaque année les résultats scolaires des enfants dans toutes les matières ainsi que le travail fourni par les parent tout au long de l’année. 

En cas d’échec lors d’une inspection, la famille a droit à une nouvelle inspection dans les semaines suivantes et en cas de nouvel échec l’enfant doit être scolarisés dans les 15 jours. 

Les familles qui sont en IEF ont une obligation de résultat tandis que l’école a une obligation de moyens, les parents instructeurs ont donc le devoir d’obtenir de meilleurs résultats chez leurs enfants que s’ils avaient été scolarisés. 

Certaines familles travaillent d’une manière très scolaire sur des cahiers, d’autres sont inscrits à des cours par correspondance tandis que le unschooling attire des familles qui se laissent guider par les apprentissages autonomes tout en vérifiant en coulisses que l’environnement est suffisamment riche et stimulant pour que tout le programme soit passé en revue sans même que l’enfant ne s’en aperçoive.

Si de plus en plus de familles font ce choix, c’est que l’IEF présente de nombreux avantages : 

  • Respecter le rythme de l’enfant.

Son sommeil, son appétit, mais aussi son rythme d’apprentissage. Il n’est pas rare d’observer un enfant rester plusieurs heures sur une même tâche qui le passionne et demande toute sa concentration. Il est aussi possible de laisser de côté une notion un peu difficile et d’y revenir à un autre moment lorsque l’enfant est plus disponible, ainsi l’enfant peut travailler lorsqu’il est à son plein potentiel d’apprentissage.

  • Une socialisation à échelle humaine. 

Les enfants instruits en famille grandissent avec la sécurité affective de leurs parents. 

Ils sont au quotidien en lien avec des enfants et des adultes de tous âges. Ils peuvent avoir des amis « non sco » comme eux, mais également des amis scolarisés qu’ils rencontrent aux activités périscolaires ou dans le voisinage par exemple. 

Les enfants non sco sont aussi dehors quand il y a peu de monde, l’occasion de demander à la caissière comment fonctionne la caisse enregistreuse, de visiter le fournil du boulanger…

  • Offrir à son enfant une vraie confiance en lui.  
    Nombre d’enfants en IEF ont d’abord été scolarisés. A l’école ils étaient en échec, ils étaient jugés « lents », « nuls ». A la maison, l’accompagnement individualisé permet aux parents de repérer tout de suite pourquoi il ne comprend pas, pourquoi il ne sait pas faire, et laisse toute la liberté de choisir la pédagogie qui s’adapte au mode de fonctionnement de cet enfant plutôt que de demander à tous les enfants de s’adapter à une seule méthode et de se sentir en échec si elle ne leur convient pas. 
  • Des apprentissages à la carte. 

En individualisant les apprentissages, les parents instructeurs peuvent choisir les pédagogies les plus appropriées (par exemple celles qui font des merveilles dans d’autres pays mais qui ne sont pas adoptées par l’éducation nationale). Ils peuvent aussi faire évoluer leur réflexion et leurs choix pédagogiques en fonction des résultats de l’enfant et ne pas s’enfermer dans un choix strict qui n’est plus adapté. 

C’est aussi une grande liberté d’apprendre concrètement les choses, en faisant de vraies expériences. 
De ce fait, il faut très peu de temps de travail à la maison pour arriver au même résultat qu’un enfant qui aurait appris à l’école. Cela laisse donc énormément de temps chaque jour pour la découverte, le partage, le jeu, les rencontres. 

  • Des enfants acteurs de leurs apprentissages. 

L’IEF permet de mettre l’enfant au cœur du processus d’apprentissage. Non seulement ça le rend plus « performant », mais ça lui permet aussi d’avoir de sérieux bagages pour basculer vers une scolarisation si c’est son choix ou si cela devient nécessaire. 

En effet, de nombreuses études montrent que les enfants en IEF scolarisés se révèlent des élèves curieux, autonomes dans leur travail. Aux USA où le homeschooling est une pratique courante depuis de longues années, les enfants instruits en famille sont très recherchés par les universités qui leur reconnaissent de grandes qualités intellectuelles et apprécient notamment cette autonomie de travail et ce goût d’apprendre.

  • Du temps en famille de qualité. 

Vivre l’expérience de l’IEF c’est aussi avoir le temps de se connaître, de se découvrir, de passer du temps en famille à découvrir le monde et son fonctionnement. A développer sa relation parent-enfant et à profiter de ces moments magiques . 

Etre là quand son enfant déchiffre son premier mot, voir l’expression sur son visage quand après un gros effort il a trouvé lui-même la solution…autant de moments qui forgent également la motivation des parents. 

  • Une pause salvatrice. 

La réalité des familles IEF c’est aussi des déscolarisations d’une année ou moins, qui permettent à des enfants qui ont perdu confiance en eux à cause d’un échec scolaire ou de harcèlement, de retrouver petit à petit goût aux apprentissages et aux relations et de repartir, rassérénés, vers un avenir plus paisible. 

Malgré tous ces avantages, l’IEF n’est pas une panacée. A elle seule elle ne constitue pas « LE » moyen de rendre un enfant instruit et épanoui. Comme la scolarisation, elle a ses avantages et ses inconvénients, ses parts de défi, ses limites. 

Elle reste néanmoins au cœur de l’épanouissement de milliers d’enfants à travers le monde.
Préserver le droit de faire l’IEF en France, c’est préserver le choix de vie de familles qui s’y épanouissent. C’est aussi prendre soin des familles qui devront peut-être un jour subir l’IEF comme seule solution pour accompagner leurs enfants victime du système scolaire. 

Article écrit par Marine Wambre, Thérapeute familiale, maman de deux enfants instruits en IEF. Co-fondatrice de l’association IEF46 et Intervenante du Réseau des Parents.

Pour en savoir plus:

1 réflexion au sujet de “Les bénéfices de l’Instruction En Famille (IEF)”

Les commentaires sont fermés.